Le Monde de Véro

bloc-note écolo et solidaire

07 décembre 2008

Vive le végétarisme ! retour sur quelques "scandales" alimentaires récents

Hier, première raclette...végétarienne ! Et la vue de toute cette charcuterie ne m'a vraiment pas fait envie. Ca doit faire 9 ou 10 mois maintenant que je n'ai mangé ni viande ni poisson, et on me demande régulièrement si "ce n'est pas trop dur ?" Pour le poisson, c'était réglé depuis longtemps, pour cause d'allergie. Je ne raffolais pas de viande, je n'ai jamais trop su la cuisiner donc je n'en mangeais pas souvent avant de "franchir le pas". Par contre, je pensais avoir un peu de mal à me passer de salami, rosette ou jambon de pays... eh bien finalement, non !

En ce qui concerne la viande, l'actu récente dans le domaine de la sécurité alimentaire a fourni à plusieurs reprises des arguments pro-végétarisme (meuh non, je ne fais pas de prosélytisme :D !) :

Alerte à la dioxine dans le porc irlandais, le 6 décembre.
Quelques extraits de l'article Le Monde / AFP / Reuters (c'est moi qui souligne)
"La contamination, qui proviendrait d'une préparation alimentaire, affecte les produits à base de porc produits depuis le 1er septembre, a indiqué une porte-parole du gouvernement. La contamination a été repérée à la fin du mois de novembre grâce à des tests de routine."
Le gouvernement irlandais à rappelé tous les produits à base de porc commercialisés en Irlande, mais "aucune information n'a été fournie au sujet des autres pays susceptibles d'être concernés. Le gros des exportations va vers la Grande-Bretagne, mais le ministère de l'agriculture a indiqué que "quelques pays européens" pourraient certainement être concernés"
Il est vrai que les limites réglementaires européennes sont très basses, par rapport aux doses toxiques - rien ne sert de s'alarmer outre mesure... Mais les dioxines, en tant que polluants organiques persistants (POP), présentent des propriétés de bioaccumulation (elles s'accumulent dans les tissus vivants, plus particulièrement dans le tissu adipeux). On peut donc s'interroger sur l'effet à long terme d'une ingestion de doses même minimes...

EDIT : l'article du Monde a été complété au cours de l'après-midi; les produits exportés devraient être rappelés aussi, mais pas d'inquiétude, hein, le risque de contamination est "très, très faible".

Fin novembre, on apprenait que du soja destiné à des volailles bio était contaminé à la mélamine.
Certains des tourteaux, en provenance de Chine, contenaient jusqu'à 30 fois le taux autorisé, et une partie du stock avait déjà été ingéré par les animaux. Mais apparemment, la mélamine ne serait pas transmise au cours de la chaine alimentaire (elle serait totalement éliminée de l'organisme dans les 24h... je suis sceptique sur cette dernière affirmation, car alors, comment expliquer sa toxicité chez les bébés chinois exposés de manière chronique au lait frelaté ?)

Mi novembre, cinq sociétés du secteur agroalimentaire ont été mises en examen dans une affaire de viande avariée remontant à novembre 2006.
La société Covi, et quatre de ses fournisseurs (dont Charal, qui véhiculait, du moins à mes yeux, une image de qualité) ont été mises en examen pour "tromperie aggravée, mise sur le marché de produits corrompus et mise sur le marché de denrées préjudiciables à la santé". Covi avait mis sur le marché (français, européen et africain) 650 000 boites de corned-beef fabriqué à partir de chutes de viande avariées.

Et hier soir, autour d'une raclette, on parlait de la viande vendue dans la grande distribution, des promos sur des produits "douteux", et de la pratique de la "remballe". Si vous ne connaissez pas, je vous suggère cette émission de la chaine TMC, ou ce reportage d'Envoyé spécial.

 


Envoyé special : Remballez, c'est pesé [1]
envoyé par enzo564

Ces problèmes de sécurité alimentaire, que l'on retrouve certainement ailleurs qu'en boucherie, ne sont pas la seule (ni même la principale) raison de ma "conversion" au végétarisme. Et je pense qu'il est possible de manger de la viande tout en étant respectueux de l'environnement et de sa santé. A condition d'en manger beaucoup moins souvent (1 à 2 fois par semaine), de privilégier la qualité sur la quantité (ne pas courir après les promos, éviter les supermarchés, éviter les viandes déjà préparées - hachis épicés, cordons bleus, sauces bolognaises...).

Cependant, les filières bios et les bouchers de quartier ne sont pas non plus à l'abris de tout scandale, on l'a vu... Alors que faire ? Pour moi, le bio doit rimer avec proximité, sinon ça n'a aucun sens (pour l'environnement par exemple : quid de la facture carbone de tout ce soja importé de Chine pour élever les poulets bio des rayons de supermarché ? pour la traçabilité, aussi). Si je mangeais encore de la viande, j'essaierais autant que possible de l'acheter directement à un petit producteur du coin en qui je pourrais avoir confiance (ce qui exclut tout ce qui est élevage en batteries !), et bio tant qu'à faire. Comment ? à travers une AMAP, ou un système de paniers, livrés directement du producteur au consommateur.

Posté par vero0oo à 15:18 - Alternatives - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire