Le Monde de Véro

bloc-note écolo et solidaire

02 novembre 2008

Economie, cette grande inconnue

Du grec ancien οκονομία « administration d'un foyer », de οκος « maison, dans le sens de patrimoine » et νέμω « administrer »

Je ne sais pas vous, mais la crise financière m'aura fait prendre conscience (ou plutôt rappelé) de mon inculture dans le domaine (mon bagage se résume à une année de "sciences économiques et sociales" en seconde, ça remonte loin !). Économie, bourse, finance, croissance, banques centrales, OMC, FMI... autant de mots qui me rendent parfois méfiante sans que je puisse argumenter bien loin...

Si je trouve logique qu'une croissance infinie soit impossible sur notre planète finie ;
si je trouve abjects les plans d'ajustement structurel imposés par le FMI et la Banque mondiale aux pays en difficulté économique (mais toujours au Sud, hein... chez nous, les banques vont mal ? Hop, on injecte quelques milliards et c'est reparti) ;
si je ne comprends même pas comment on peut être trader et avoir une conscience ;

... je suis sûre d'être assez vite perdue dans un débat sur ces sujets.

Peut-être est-ce parce que je n'ai pendant longtemps jamais cherché à y voir plus clair (par exemple, je ne lis jamais les pages économie ou finance des quotidiens), mais il me semble que ce domaine, encore plus que les sciences, manque de vulgarisateurs (ou de médiateurs, pour ceux qui préfèrent ce vocable). J'ai l'impression que les non-initiés (dont je fais partie) sont assez vite perdus. Ce qui ne serait pas si grave si l'économie (et la finance) n'occupaient pas une telle place dans notre quotidien, dans les pages des journaux, les JT ou sur les ondes... (cf citation de Keynes ci-dessous !)

Témoin de cette opacité ? les questions économiques occupent assez peu le débat public (par rapport aux applications scientifiques, par exemple ; si on s'intéresse à deux problèmes d'éthique, clonage vs régulation des marchés financiers, y'a pas photo).
Bien sûr, étant moi-même plutôt scientifique, ma vision est biaisée et peut-être que je me trompe...

En ce mois de l'économie sociale et solidaire, je prend donc la décision de m'instruire un petit peu et de partager mes découvertes ici, si découvertes il y a !
(Bon, je triche un peu, j'avoue avoir déjà quelques petites choses en stock...)

Je vous laisse avec ces quelques citations pour patienter :

Le développement de l'économie réelle n'a rien à voir avec la science économique. Bien qu'on les enseigne comme s'il s'agissait de mathématiques, les théories économiques n'ont jamais eu la moindre utilité pratique.

(Karl Popper)

Il y a deux types de problèmes dans la vie : les problèmes politiques sont insolubles et les problèmes économiques sont incompréhensibles.
(Alec Douglas-Home)


Ainsi donc l'auteur de ces essais, malgré tous ces coassements, continue d'espérer et de croire que le jour n'est pas éloigné où le Problème Economique sera refoulé à la place qui lui revient : l'arrière-plan.

(John Maynard Keynes)

Personne ne peut clamer dans les gazettes que la Terre est le cnetre du monde et que l'eau a une mémoire, sauf des illuminés, mais n'importe qui peut prédire la chute ou la hausse de la Bourse, et les plus savants n'ont pas fait exception. Irving Fisher, en 1929, envisageait un Dow Jones croissant à l'infini et Keynes lui-même pensait que la guerre de 14 ne durerait que quelques semaines. Quel est le seuil de tolérance laissé aux experts ? Il semble être infini.
(Bernard Maris)


Un économiste est un expert qui saura demain pourquoi ce qu'il avait prédit hier ne s'est pas produit aujourd'hui.

(Laurence Peter)

 

Posté par vero0oo à 23:25 - Le mot de la semaine - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire