Le Monde de Véro

bloc-note écolo et solidaire

19 août 2009

Signer pour Troy Davis (Mise à jour)

Mise à jour du 19 août 2009 : la Cour Suprême accorde un nouveau procès à Troy Davis

Presque 20 ans jour pour jour après le meurtre du policier Mark MacPhail à Savannah (Géorgie, Etats-Unis - le 19 août 1989), la Cour Suprême des Etats-Unis a accordé lundi 17 août un nouveau procès à Troy Davis !

Troy Davis est dans les couloirs de la mort depuis 18 ans pour ce meurtre, qu'il a toujours nié. Aucun indice n'avait jamais été trouvé et 7 des 9 témoins à charge s'étaient rétractés après son procès, en 1991.
Tous les recours précédents avaient échoué. Celui-ci était accompagné des signatures de 27 éminents juristes, et fait suite à une extraordinaire mobilisation en faveur du condamné à mort américain de par le monde.

Lors de cette nouvelle audience devant un tribunal fédéral de Géorgie, il faudrait que de nouveaux éléments "établissant clairement son innocence" soient présentés. Une gageure, 20 ans après les faits, de remplir un dossier vide. Un espoir, tout de même...

voir par exemple Le Figaro, communiqué d'Amnesty International France.


Mise à jour du 22 avril 2009 : appel rejeté en Géorgie, 30 jours pour un nouvel appel devant la Cour Suprême

Nouveau rebondissement, daté du 16 avril, dans cette triste saga.

La cour d'appel fédérale du 11ème circuit d'Atlanta a rejeté dans son arrêt du 16 avril dernier l'appel de Troy Davis en faveur d'un nouveau procès ; elle a estimé, par deux voix contre une, qu'il n'avait pas fourni "des éléments suffisamment convaincants pour démontrer son innocence et nous obliger à agir".

Amnesty International condamne cette décision, basée sur des aspects de procédure davantage que sur une exigence de justice, selon l'ONG.

Les avocats de Troy Davis ont 30 jours à compter du 16 avril pour déposer un (nouvel) appel devant la Cour Suprême. Le précédent, en octobre dernier, avait été rejeté... Je crois que je ne comprends rien au droit américain (au droit en règle générale, en fait...). Mais c'est toujours un espoir.

www.amnesty.fr/troydavis
http://soutenonstroydavis.amnesty.fr/



Mise à jour du 9 décembre 2008 : C'est aujourd'hui qu'avait lieu l'appel pour un nouveau procès

La cour d'appel fédérale de Géorgie examinait aujourd'hui le dossier de Troy Davis pour décider ou non de l'ouverture d'un nouveau procès en première instance.

Amnesty International propose une nouvelle pétition, mais je ne trop qu'en penser au vu de ces articles de Bernard Posso : et .

Espérons que Troy Davis aura la chance que n'a pas eu Gregory Wright, exécuté le 30 octobre dernier au Texas sans nouveau procès.



Mise à jour du 26 octobre 2008 : Nouveau rebondissement, nouveau sursis pour Troy Davis

C'est tombé vendredi. La cour d'appel de Géorgie a annoncé une "suspension temporaire de l'exécution" de Troy Davis, qui devait être exécuté lundi. C'est la troisième fois en un an qu'un sursis lui est accordé à quelques jours - ou quelques heures (!) - de son exécution. Un sursis d'au moins 25 jours cette fois, à l'issue desquels les Etats-Unis auront élu leur nouveau président. La Cour donne 15 jours aux avocats pour rendre leur copie, à l'issue desquels elle aura elle-même 10 jours pour se prononcer sur un éventuel renvoi en première instance.

(d'après une dépêche AFP)

Nouvel espoir, donc - nouvel espoir d'un nouveau procès.
En attendant, cet homme de 40 ans, sans doute innocent, en aura passé 17 dans les couloirs de la mort et aura été soumis à une sorte de torture psychologique que sont ces programmations d'exécutions et revirements à répétition...



Mise à jour du 16 octobre 2008 :

La cour suprême a rejeté mardi 14 octobre le dernier recours de Troy Davis, mettant fin au sursis. (Pour rappel, l'appel demandait aux juges s'il était constitutionnel d'exécuter un innocent quand celui-ci apportait des éléments nouveaux et solides démontrant qu'il n'est pas coupable - AFP.)

Le 15 octobre, la nouvelle date d'exécution de Troy Davis (la 3e en 15 mois) a été fixée à la semaine du 27 octobre au 3 novembre.

La dernière chance de Troy Davis d'échapper à la peine capitale repose sur les épaules du comité des grâces de Géorgie, seul habilité à la clémence mais qui avait déjà refusé de suspendre l'exécution de Troy Davis en septembre (AFP).

Amnesty International condamne cette décision de la Cour Suprême et appelle à continuer à relayer la pétition mise en place en direction du Comité des Grâces de Géorgie.
L'ONG propose aussi à ceux qui le souhaitent de s'exprimer sur la décision de la Cour Suprême et d'envoyer des messages de soutien à Troy Davis sur le livre d'or mis en place en septembre dernier.

Plus d'infos ci-dessous sur le contexte et les précédents "rembondissements" (sic) de l'affaire.


Mise à jour du 6 octobre 2008 :

L'exécution de Troy Davis a été suspendue in extremis (à moins de 2 heures de l'échéance) le 23 septembre dernier par la Cour Suprême. Un sursis pour laisser le temps à la plus haute juridiction des Etats-Unis de décider si elle se saisit ou non de l'appel déposé par les avocats de Troy Davis. Une dépêche AFP du 6 octobre indique qu'elle ne s'est toujours pas prononcée sur cette demande.


Résumé de la situation de Troy Davis :

Troy Davis a été condamné à mort pour en 1991 pour le meurtre d'un policier ayant eu lieu deux ans plus tôt, alors qu'il avait 19 ans. Depuis plus de 15 ans maintenant, il est dans les couloirs de la mort de l'Etat de Géorgie, Etats-Unis. Pourtant, aucune preuve matérielle n'a jamais été retrouvée. Pire, 7 des 9 témoins à charge se sont rétractés depuis le procès, certains affirmant avoir subi des pressions de la part de la police (parmi les deux autres témoins : un suspect alternatif !). Et 9 autres personnes ont mis en cause un autre suspect !
Le 16 juillet dernier, Troy Davis a échappé de 24h à son exécution programmée le lendemain. En août, la Cour Suprême de Géorgie réexaminait les nouveaux éléments mettant en doute la culpabilité de Troy. Mais le 17 mars 2008, elle a refusé, par 4 voix contre 3, la tenue d’un nouveau procès.

Une date d’exécution pourrait être programmée entre septembre et octobre prochain, sans que les témoignages nouveaux tendant à prouver son innocence n’aient jamais été entendus par la justice américaine !


Interview de la sœur du condamné, Martina Correia, par deux journalistes de LeMonde.fr



Troy Davis: aout 1989
envoyé par oriane38


Troy Davis: conditions de jugements
envoyé par oriane38


TROY DAVIS: AVANT L'EXÉCUTION
envoyé par oriane38


A lire ailleurs :

Dossier de 4 pages par Amnesty International
Blog consacré à l'affaire Troy Davis


A faire :

Proposition de signer la pétition pour commuer la condamnation à mort et d'écrire un mot de soutien à Troy Davis, sur le site d'Amnesty International France.


Posté par vero0oo à 22:57 - Agir - Commentaires [5] - Permalien [#]

22 juillet 2009

Vu à la télé (ce soir, sur tf1)

Breaking news : TF1 en flagrant délit de greenwashing !
(Excusez ma candeur, je ne regarde pas souvent la télé !)

Ce soir, sur TF1 (qu'est-ce que je faisais là déjà ? euh, je voulais voir la météo...), je tombe sur "Ma maison pour l'avenir", programme quotidien de 2 minutes surfant sur la vague verte et sponsorisé par une grande marque de lessive.

Au programme ce soir, les cosmétiques maison :
"Eh oui, on peut être belle [euh, ce n'était qu'une crème après-soleil ?!] et bio" conclut la présentatrice.

Avant d'annoncer le grand concours de l'été (qui occupe plus de la moitié du programme, soit dit en passant) :
"Et pour vivre pleinement en accord avec la nature, tentez de gagner à la fin de l'été cette maison bioclimatique." [images de maison, bois avec cuisine inox design et baies vitrées dans un écrin de verdure]

Et comme la fin de l'été, c'est loin, et qu'il n'y aura qu'un gagnant :
"Et tout de suite, essayez de gagner ce séjour pour 2 personnes en Tunisie dans un hôtel 4 étoiles en demi pension avec soin thalasso" [image de terrain de golf et de piscine en plein désert]
Bizarre, cette fois, elle a oublié de répéter "en accord avec la nature".

Je suis sure qu'on pourrait relever plusieurs dizaines d'exemples chaque jour ! Mais ça me dégoute toujours, cette manière de se payer une conscience verte...

Pièce à conviction

Posté par vero0oo à 23:12 - La vie en vert - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 avril 2009

Un blogueur iranien mort en détention

J'espère que je n'ai pas fait fuir tout le monde avec ma note précédente... (Elle ne m'a pas empêchée de signer quelques pétitions pour demander au Pape de retirer ses propos). Au moins, je n'ai pas été poursuivie ni emprisonnée, de même que les créateurs de groupes Facebook insultant le Pape n'ont pas été traînés au bûcher...  Si tout le monde a pu s'exprimer librement sur le sujet, la situation n'est malheureusement pas transposable partout dans le monde. Aujourd'hui, je voudrais rendre hommage aux personnes qui bloguent au péril de leur vie, et notamment à Omid Reza Mir Sayafi, mort pour avoir - prétendument - insulté les chefs religieux de son pays.

Le blogueur iranien Omid Reza Mir Sayafi est décédé à la prison d’Evin, à Téhéran, le 18 mars dernier. Les circonstances de sa mort, toujours sujettes à débat, soulèvent à nouveau la question du traitement des journalistes et cyberdissidents en Iran.

Omid Reza Mir Sayafi, 29 ans, a rejoint dans la mort, le 18 mars dernier, son blog Rooznegaar disparu de la toile. Depuis début février, il purgeait une peine de prison de deux ans et demi à la prison d’Evin, à Téhéran.

Le jeune blogueur écrivait essentiellement sur la musique et la culture traditionnelles persanes. « Je suis un blogueur culturel et non politique. Sur l’ensemble des articles que j’ai publiés en ligne, seuls deux ou trois sont satiriques. Je n’avais pas l’intention d’insulter quiconque » avait-il déclaré à Reporters sans frontières. Pourtant, c’est pour insulte aux chefs religieux iraniens qu’il avait été arrêté – un chef d’accusation fréquemment utilisé par les autorités iraniennes pour mettre blogueurs et journalistes derrières les barreaux.

Selon les autorités, Omid, dépressif, se serait suicidé d’une overdose de sédatifs. La version de Hessam Firoozi, un codétenu médecin, est différente : pour lui, qui avait demandé le transfert du jeune homme à l’hôpital, son décès doit être attribué à la négligence des autorités carcérales.

Au-delà du débat sur les circonstances de son décès, le cas d’Omid Reza Mir Sayafi attire de nouveau l’attention sur la liberté d’expression, en particulier numérique, et sur les conditions de détention des journalistes et blogueurs en Iran. Sept journalistes et deux cyberdissidents sont actuellement incarcérés dans ce pays considéré par Reporters sans frontières comme « la plus grande prison du Moyen-Orient pour les professionnels des médias. » A quelques mois de l’élection présidentielle, la situation se serait même durcie.

C’est dans ce contexte que s’est ouvert, lundi, le procès de la journaliste américano-iranienne Roxana Saberi, également détenue dans la prison où Omid a trouvé la mort.

Un hommage vidéo aux blogueurs iraniens dans le style de Persepolis (projet d'étudiants)

IRAN: A Nation Of Bloggers from ayrakus on Vimeo.

En savoir plus

Communiqué de presse, Reporters sans frontières

L’Iran sur le blog des blogs, le tour du monde de la blogosphère de Courrier International

L’Iran sur le site d’Internet sans frontière

Irrepressible.info, campagne d’Amnesty International contre la censure sur internet

Posté par vero0oo à 19:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mars 2009

Don't believe the hype


Ce qu'a vraiment dit le Pape
envoyé par KTOTV

Responsabilité partagée ?

Je ne veux en aucun cas dédouaner le Pape, encore moins me faire son avocate. Cependant, si j'ai entendu parler de cette affaire plusieurs dizaines de fois en quelques jours, cela concernait toujours LA phrase, sortie de son contexte.

Alors quid de la responsabilité des médias qui relaient et amplifient l'information tronquée (oserais-je dire la rumeur ?) selon laquelle le Pape serait contre le préservatif ? C'est sûr que ça faisait une bonne accroche pour le Sidaction...
Bon, après, il faudrait aussi savoir dans quelle mesure l'avis du Pape, revu ou non par les médias, est suivi...

Explication de texte

Dans les commentaires de la vidéo, on trouve deux éléments intéressants qui pourraient expliquer (mais non excuser) la bourde du Pape ("au contraire [les préservatifs] augmenteraient le problème [du SIDA]") :

  • la compensation du risque : quand on se croit protégé, on prend plus de risques
  • la qualité des préservatifs africains, qui, loin des normes européennes, ne garantiraient pas la même sécurité.

Posté par vero0oo à 13:56 - In the news today - Commentaires [0] - Permalien [#]


Fin »